Le voyage intérieur (Parashah Lèkh Lékha 2010)

Avram (Abram) est originaire de la cité d’Our, dans la région de Bavel (Babel). Adonaï (le Seigneur) s’adresse à lui et lui dit « lèkh lékha », que l’on traduit par « va-t-en ».

Mais cette expression se traduit plus littéralement par « va pour toi-même » ou « va vers toi-même ». Ce qu’Adonaï lui dit, c’est qu’il n’est pas lui-même à Bavel, dans cette région de péchés et de souillures. Il n’est pas celui qu’il est destiné à être, à devenir.

Pour cela, il doit partir là où Adonaï pourra le travailler, le transformer, parler à son coeur pour changer Avram en Avraham (Abraham), loin du tumulte et de la confusion de Bavel. Car c’est dans le calme, hors de la confusion que nous pouvons entendre Adonaï nous parler.

Lire

Servir Elohim comme Avraham (Parashah Vayéra 2010)

Résultat d’images pour akedah

Comme nous le voyons dans la Parashah précédente, Avram (Abram) a tout quitté sur ordre d’Adonaï (le Seigneur) pour partir vers l’inconnu. Ce « voyage intérieur » avait pour but de transformer le païen Avram en Avraham (Abraham), serviteur du vrai Dieu. Dans la Parashah de cette semaine, nous allons voir comment Adonaï désire qu’Avraham le serve. Ayant entrepris ce même voyage, nous avons besoin de savoir comment Adonaï veut que nous le servions après nous avoir transformé en ses serviteurs.

Lire

L’Evangile dans le contexte du premier siècle (colloque novembre 2015)

Afficher l'image d'origineEn tant que disciples du Messie, notre désir et notre mission doit être de restaurer, préserver et diffuser le véritable enseignement de notre Maître, le vrai Evangile, et de rebâtir la première communauté des apôtres, qui restera à jamais un modèle indépassable. De plus en plus de croyants en Yéshoua prennent conscience des manquements et des erreurs existant dans l’interprétation chrétienne de la Bible, et aspirent à retrouver l’enseignement originel de leur Sauveur.
Plusieurs mouvements sont apparus un peu partout dans le monde ces dernières années pour tenter de satisfaire ce désir. Mais peu d’entre eux peuvent se revendiquer d’une méthodologie rigoureuse.

En effet, comme beaucoup d’entre eux, nous ne pouvons pas simplement prendre l’une ou l’autre branche du judaïsme moderne et y ajouter « un peu de Yéshoua » là où cela nous paraît possible, et proclamer cela à la face du monde comme étant « la restauration du vrai Evangile de Yéshoua ».
De même, nous ne pouvons pas prendre l’une ou l’autre dénomination chrétienne et y ajouter un peu de Torah ou quelques hébraïsmes ici et là selon nos goûts, et proclamer cela à la face du monde comme étant « la restauration de la première communauté des apôtres ».
Non, pour authentiquement restaurer cette première communauté et cet Evangile des origines, nous devons étudier avec beaucoup de sérieux et de rigueur le contexte d’origine de l’Evangile, c’est-à-dire le premier siècle galiléen et judéen aux niveaux religieux, social, culturel et linguistique. Sans cela, nous nous condamnons à créer de nouveaux sentiers qui ne mènent nulle part, au lieu de revenir aux anciens sentiers de Dieu.

Aujourd’hui, un vrai disciple se doit d’être aussi un historien, un linguiste et un archéologue. Ce travail est complexe, mais il est indispensable et tellement enrichissant!

Lors de ce colloque, nous allons comparer l’Evangile et les enseignements des différentes sectes juives de l’époque. Nous interrogerons également les sources anciennes évoquant les premiers disciples. Nous tenterons enfin d’en tirer des conclusions pour nous aujourd’hui.

Voir : Partie 1Partie 2Partie 3

Etude sur le Shabbat partie 2/2

Chapitre 2 : Shabbat, esclavage de la loi ou bénédiction de Dieu ?

Afficher l'image d'origine

La Torah contient 3 sortes de commandements :

– Mishpatim : les préceptes et les ordonnances
– ’Houkim : les lois
– Edot : les commandements, témoignages, bonnes œuvres

Le mot Torah, que nous utilisons pour désigner les 5 livres de Moïse, signifie en hébreu « loi », mais aussi « instruction », « enseignement », « doctrine ». Il est donc erroné de penser que la loi, appelée « loi de Moïse », contient uniquement des lois. Elle représente à la fois les commandements, l’instruction, le témoignage et la doctrine que Dieu lui-même a dicté à Moïse.

Un des 10 commandements concerne le shabbat. Il est très important de bien saisir dans quelle optique, ou plutôt dans quel esprit Dieu nous a donné le shabbat.

Lire

Etude sur le Shabbat partie 1/2

Chapitre I : La beauté du shabbat

Afficher l'image d'origine

« Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée.  Dieu acheva au septième jour son oeuvre, qu’il avait faite: et il se  reposa au septième jour de toute son oeuvre, qu’il avait faite.  Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se  reposa de toute son oeuvre qu’il avait créée en la faisant. »
Genèse 2:1-3

L’une des plus belles histoires de la Bible est sans aucun doute le
récit de la création. Dieu a créé le monde en 6 jours. Le 7e  jour, il se reposa. Voilà pourquoi, aujourd’hui, en l’an 5771 après la  création, notre semaine est composée de 7 jours. Notre étude  concerne justement le 7e jour.

Lire