49 boites mystérieuses…

Le calendrier de l’omer

Par Chochana.
Grand défenseur de la Torah, notre Maître Yéshoua fait valoir même les plus petits commandements, ceux qu’il est facile de négliger sous prétexte que les autres sont plus importants.
Cette année encore, nous voulons sensibiliser nos enfants à un commandement qui ne paraît à première vue ni très important, ni très intéressant : il s’agit du compte de l’omer.
Deutéronome 16.9-10 : « Tu compteras sept semaines; dès que la faucille sera mise dans les blés, tu commenceras à compter sept semaines. Puis tu célébreras la fête des semaines (Shavouot). »
La période du compte de l’omer relie la fête des Pains sans levain à la fête de Shavouot – elle nous amène du salut à la révélation de la volonté d’Elohim au Sinaï. Compter, permet de réaliser, de se rendre « compte », de donner de la valeur à quelque chose. Le mot « omer » désigne d’ailleurs une mesure pour la nourriture. C’est durant cette période que notre Maître Yéshoua recommande à ses disciples d’attendre la Roua’h haQodèsh :
Actes 1.4-5 : « Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il; car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. »
Pendant 7 semaines, on compte à voix haute les jours et les semaines qui passent : ce n’est pas très difficile… un jeu d’enfant!
Pour accomplir ce commandement, on déclare tout simplement : « aujourd’hui est le premier jour de l’omer ».  A partir du 7e jour on compte également les semaines : « aujourd’hui est le 7e jour de l’omer, ce qui fait une semaine », « aujourd’hui est le 8e jour de l’omer, ce qui fait une semaine et un jour ».
Pour s’y retrouver, nous vous présentons le calendrier de l’omer.  Les enfants ont hâte d’ouvrir la boite du jour pour découvrir ce qui s’y cache : un fruit sec, un bonbon, une graine à faire germer, une pièce d’un puzzle, une activité en rapport avec la semaine…
Chaque semaine on change de thème pour couvrir les 7 midot (ou traits de caractère) ; on s’efforce d’exprimer une midah particulière chaque semaine : la bonté, la rigueur, la compassion, la persévérance, la patience, la pureté, l’humilité.
Pour fabriquer le calendrier de l’omer, pensez à commencer tôt; car 49 boites prennent un certain temps à plier. Choisissez des feuilles origami de 15x15cm pour le couvercle, et de 14x14cm pour la base – suivez les étapes dans la vidéo :

Vous pouvez ranger les boites dans une toile de 45×45 cm que vous retournez : le cadre intérieur fait 40x40cm.
N’oubliez pas d’écrire le numéro du jour sur la boite. En option, vous pouvez écrire la référence d’un verset en rapport avec la midah de la semaine.
Le compte de l’omer nous rappelle que nous sommes en continuelle progression vers la sanctification pour ressembler à notre Maître Yéshoua.  Grâce à ce calendrier à surprises, les enfants trouvent agréable d’obéir aux commandements et font d’Adonaï leur délice. De plus, ils aident les parents à ne pas oublier un seul jour!
Voir le Diaporama

Hanoukah : la purification du Temple

Par Chochana

Les grecs ont fait un bazar dans le Temple ! Les enfants vont devoir purifier le Temple des objets qui ne peuvent s’y trouver. Pour cela, un des Maccabim a enfermé chaque objet qui traînait dans le Temple dans une boîte, en attendant que les enfants viennent l’aider.


Chaque enfant à tour de rôle choisit une boîte et l’ouvre. Il va devoir qualifier l’objet de pur ou d’impur. S’il est pur, il peut rester dans le Temple. S’il est impur, on le met de côté.

Idées pour le contenu des boîtes :

une petite kippa
un petit talith
un cochon
un agneau
une chaussette sale
de la plasticine brune en forme de crotte
un mini chandelier
un petit livre de téhilim

Ce n’est pas parce que la boîte est belle que son contenu l’est également, et inversement. On en profite pour faire comprendre aux enfants que les apparences peuvent être trompeuses.

Hanoukah : à la recherche du trésor

Par Chochana

En pensant à la précieuse fiole d’huile dans l’histoire, nous avons proposé une chasse au trésor aux enfants.

Il fait noir. Comme les Maccabim, les enfants devront unir leurs forces pour trouver le coffre au trésor. Chacun reçoit une lampe de poche mécanique et la fait tourner pour qu’elle s’allume.

La recherche peut commencer ! Les enfant courent d’une pièce à l’autre, pour enfin trouver le coffre dans la cave.

Quel beau coffre avec cette hanoukia brillante dessus ! Mais on ne sait pas l’ouvrir. Pour pouvoir l’ouvrir, il faut que la hanoukia soit allumée !

Lampe de poche à la main, les enfants se rendent dans le jardin pour trouver les flammes de la hanoukia : ce sont de petites flammes jaunes en plastique réfléchissant.

Quelle coïncidence ! Il y a 9 flammes à placer et nous avons 9 enfants en âge de participer au jeu. En très peu de temps, toutes les flammes sont trouvées et placées sur le chandelier du coffre, qui s’ouvre lentement… et révèle les cadeaux pour les enfants !