Yom Terouah ce dimanche 1er septembre

Résultat de recherche d'images pour "rosh hashanah"

Le Rosh Hodèsh (la nouvelle lune) a été vu dans le ciel de Jérusalem. Yom Terouah, la Fête de la Clameur, généralement connue comme étant la Fête des Trompettes, a donc lieu ce dimanche 1er septembre!
Prochains événements :
– Le jeûne du septième mois aura lieu ce 3 septembre.
– Yom HaKipourim (le Jour des Expiations) aura lieu le 10 septembre.
– Soukot (la Fête des Cabanes) aura lieu du 15 septembre au 21 septembre.
– Shémini Atseret (le 8ème jour de Clôture) aura lieu le 22 septembre.

Quel est le sens de Yom Terouah et comment le pratiquer?

Pour toutes les explications, voir ce texte.
Voici un résumé de ce qu’il faut savoir :
Le but de la fête : Le but de Yom Terouah est de réveiller la bonté divine pour qu’il nous fasse miséricorde à la fête de Yom HaKipourim (le Jour des Expiations) survenant dix jours plus tard.
Les commandements à observer :
1) Selon Nombres 28:11-15, puisque cette fête a lieu le premier jour du septième mois, lors de la nouvelle lune, il faut également célébrer celle-ci par des sacrifices particuliers.
2) Selon Lévitique 23.23-25 et Nombres 29.1-6, il faut accomplir quatre actions:
– Se reposer de son travail (Shabat).
– Sonner la Terouah (3 coups moyens) avec l’intention de réveiller le souvenir, et donc la miséricorde, d’Adonaï.
– Déclarer une sainte convocation.
– Offrir des sacrifices à Adonaï.
3) Selon Nombres 10.10, les Lévites doivent sonner la Téqiah (1 coup long) avec des trompettes d’argent.
Les traditions bibliques à observer :
4) Selon Néhémie 8.2-3, 9-12, il faut se réjouir en mangeant des viandes grasses, en buvant des liqueurs sucrées, et en offrant des portions.
5) Selon le Psaume 81.1-4, 16, il faut :
– Sonner à la fois la Téqiah et la Terouah au shofar.
– Chanter des louanges avec musiques.
– Manger du pain (au blé) trempé dans du miel.
Les traditions pharisiennes antiques à observer :
6) Considérer Yom Terouah le nouvel an (Rosh HaShanah) pour le compte des années, pour les années de relâche et de jubilé, pour la plantation et la dîme des légumes.
7) Considérer qu’Elohim juge chaque homme un par un pour leurs œuvres en ce jour.
8) Observer visuellement la nouvelle lune (quand le climat le permet), et la sanctifier.
9) Utiliser comme shofar la corne droite d’une antilope (oryx gazelle ou gemsbok), et en sonner attentivement en même temps que les deux trompettes d’argent (qui peuvent-être symbolisées pour les non lévites par le shofar d’antilope koudou).
10) Lire dix versets bibliques sur chacun des thèmes suivant : la royauté divine, le souvenir et le shofar, et jouer le shofar à la fin de chaque lecture.
11) Jouer le shofar comme ceci : 1 Téqiah (1 son long) – 1 Terouah (3 sons moyens) – 1 Téqiah (1 son long). Le son moyen étant égal au 1/3 du son long.
12) Lire les passages suivants : Genèse chap.21 et chap.22,  Lévitique 23.23-25, Nombres 29:1-6, 1 Samuel 1:1–2:10, Jérémie 31:2–20 et le Psaume 81.
Les traditions nazaréennes :
13) Lire les passages des Kétouvim Nétsarim (Écrits Nazaréens) qui évoquent les thèmes de la fête (royauté d’Adonaï et de Maran Yéshoua, le souvenir, le shofar et les trompettes, le jugement).

Bonne fête et qu’Adonaï soit loué !

Le calendrier nazaréen (partie 5)

Dans ce cours, Ezra examine le calendrier karaïte :
Ce calendrier est utilisé par les Juifs Karaïtes, des Juifs qui rejettent l’idée même de tradition orale. Le Karaïsme fut fondé par Anan Ben Asher au 8ème siècle de l’ère moderne.
Ceux-ci déterminent le commencement de leur premier mois en observant la maturation des épis d’orge dans les champs israélites. Ont-ils raison?…

VidéoTexte

Texte complet du cours

Le calendrier nazaréen (partie 4)

Dans ce cours, Ezra examine le calendrier de Hillel II :
A l’époque du second Temple, c’était le Sanhedrin de Jérusalem qui déclarait les dates des fêtes sur base de l’observation directe des astres comme l’exige la Torah.
Mais, après la disparition de celui-ci suite à l’interdiction décrétée par l’empereur romain chrétien Constance II en 358, son dernier président Hillel II inventa un tout nouveau calendrier. Mais respecte-t-il les exigences bibliques?…

VidéoTexte

Partie 1Partie 2Partie 3

Le jeûne du 5ème mois ce dimanche 14 juillet 2019

La nouvelle lune ayant été observée à Jérusalem ce jeudi 4 juillet au soir, le premier jour de ce 5ème mois a été fixé au vendredi 5 juillet.
Le jeûne du 5ème mois (Zacharie 8:19) fixé traditionnellement au 9ème jour (appelé 9 Av ou Tisha Be’Av) doit avoir lieu le shabbat 13 juillet. Par respect pour le shabbat, ce jeûne est reporté au lendemain dimanche 14 juillet.
Ce jeûne commémore la destruction du premier Temple qui eut lieu entre le 7 et le 10 du 5ème mois au 6ème siècle avant l’ère moderne :
2 Rois 25.8-9 : « Le septième jour du cinquième mois, c’était la dix-neuvième année du règne de Nebucadnetsar, roi de Babylone, Nebuzaradan, chef des gardes, serviteur du roi de Babylone, entra dans Jérusalem. Il brûla la maison de YHWH, la maison du roi, et toutes les maisons de Jérusalem; il livra au feu toutes les maisons de quelque importance. »
Jérémie 52.12-13 : « Le dixième jour du cinquième mois, c’était la dix-neuvième année du règne de Nebucadnetsar, roi de Babylone, Nebuzaradan, chef des gardes, au service du roi de Babylone, vint à Jérusalem. Il brûla la maison de YHWH, la maison du roi, et toutes les maisons de Jérusalem; il livra au feu toutes les maisons de quelque importance. »
Ce sera également en ce jour qu’aura lieu la destruction du second Temple vers 70 de l’ère moderne, comme nous l’append l’historien pharisien Flavius Joseph, contemporain des événements :
Flavius Joseph, « La Guerre des Juifs », livre 6, chapitre 4 paragraphe 5 : « Titus retourna à la tour Antonia; il avait résolu de donner l’assaut avec toutes ses troupes le lendemain vers l’aurore et de cerner le Temple que Dieu, depuis longtemps, avait condamné au feu. La succession des temps amenait le jour fatal, qui fut le dixième du mois de Loos. A cette même date le Temple avait autrefois été brûlé par le roi de Babylone. »
La Mishnah Ta’anit 4:6 comptabilise, en plus de la destruction des deux Temples, 3 autres malheurs qui se sont produits en ce jour selon la tradition orale :
1. L’interdiction pour la génération de l’Exode de rentrer en terre d’Israël à la suite de la faute des explorateurs envoyés par Moïse
2. La destruction du premier Temple suivi de l’exil à Babylone
3. La destruction du second Temple suivi par l’exil dans le monde entier
4. La destruction de la forteresse de Bétar en l’an 135, marquant la fin de la révolte de Bar Kokhba contre Rome
5. L’interdiction de l’accès à Jérusalem pour les Judéens décrétée par les Romains
Les traditions pratiquées en ce jour selon la Mishnah Ta’anit 4 :
Au commencement du 5ème mois, les réjouissances sont diminuées. Durant la semaine du 9, on ne se coupe pas les cheveux et on ne lave pas ses vêtements, sauf à partir de jeudi en l’honneur du shabbat.  La veille du 9, on ne mange pas un repas de deux plats (restriction alimentaire), on ne mange pas de la viande et on ne boit pas de vin.
Le jeûne a lieu du crépuscule le 8 à la sortie des étoiles le 9. A partir de la veille au soir et toute la journée du 9, on lit les passages de 2 Rois 25 et de Jérémie 52 évoquant les événements, on lit les livres de Lamentations et de Job.
On ajoute lors du culte des chants et des prières de lamentation. On intercède pour la protection de tous les Israélites servant Elohim, pour la fin de l’exil et la reconstruction du vrai troisième Temple, et bien sûr pour le retour du Messie qui en sera l’auteur.

                                                 Maranata ! (Viens Maître !)

Le calendrier nazaréen (partie 3)

Dans ce cours, Ezra examine le calendrier de la Téqoufah (l’équinoxe) :
Ce calendrier était celui utilisé par les Pharisiens à l’époque du second Temple.
Ils considéraient que l’année hébraïque biblique était un cycle avec deux commencements/fins marquant la première moisson à l’équinoxe de printemps et la dernière récolte à l’équinoxe d’automne. Donc deux « nouvel an » :
Le 1er mois, que les Pharisiens appelaient Nissan, est le nouvel an religieux.
Le 7ème mois, que les Pharisiens appelaient Tishri, est le nouvel an civil.
Selon les Pharisiens de l’antiquité Pessah doit avoir lieu « au printemps », donc après l’équinoxe de printemps; et au moins une partie de Soukot doit avoir lieu en automne, donc après l’équinoxe d’automne. Mais avaient-ils raison?…

VidéoTexte

Partie 1Partie 2