Pourim ce dimanche 9 février 2020

Résultat de recherche d'images pour "esther purim"

La fête de Pourim aura lieu ce dimanche 9 février 2020 (à partir du samedi  8 février au soir).
Celle-ci célèbre la délivrance offerte par Elohim aux Judéens menacés de génocide par les autorités perses vers -450.
L’histoire est contée dans le livre d’Ester.
Il est intéressant de constater que la délivrance du peuple juif est due à l’intercession d’Ester qui est prête à sacrifier sa vie pour sauver son peuple de la mort. Ester est ainsi présentée comme une image de Yéshoua notre  Messie!
Ce jour est donc propice à la prière d’intercession pour la protection et la délivrance, ainsi qu’aux louanges de gratitude envers Adonaï pour nos délivrances passées.
Comment célébrer Pourim?
D’après Ester 9:17-32, nous déduisons les commandements suivants:
  1. Célébrer Pourim le 14ème jour du 12ème mois (dimanche 9 février 2020)
  2. Organiser un « festin joyeux ». Le mot hébreu traduit par « festin » est « mishtèh », qui signifie aussi « boire ». On arrose donc le repas d’alcool pour se rendre joyeux (mais attention pas d’ivresse!). Un festin familial la veille au soir, et un festin avec sa communauté dans la journée.
  3. Offrande de « manot », « des portions alimentaires », au moins deux portions alimentaires à au moins une personne. Ces manot peuvent être n’importe quel aliment, mais généralement des desserts.
  4. Distribution de « matanot », des « dons » aux pauvres. Peu importe la nature de ces dons (argent, nourriture, objet).
  5. Rappel de la délivrance offerte par Elohim par la lecture intégrale du livre d’Ester pendant la journée en famille ou avec sa communauté.
Il existe également des coutumes non obligatoires associées à Pourim:
Ces deux traditions sont idéales pour faire participer les enfants.
  1. Déguisement des participants en Mordekhaï (prince) et Ester (princesse) pour imiter Elohim qui se cache sous le masque du « hasard » (sens du mot « Pourim » = « les sorts » donc le hasard) dans cette histoire (en effet Elohim n’est jamais cité dans ce livre!).
  2. Faire du bruit (avec crécelle ou sifflet) au nom de « Haman » pendant la lecture du livre d’Ester pour rappeler son jugement.
  3. Dégustation de plats traditionnels : Les oreilles de Haman, etc.
  4. Certains font un jeûne la veille de Pourim en souvenir du jeûne de 3 jours effectué par Ester. Mais comme on ne jeûne pas le shabbat, on fera ce jeûne le vendredi précédent.
Des prières d’intercession pour la protection et la délivrance, ainsi que des louanges de gratitude envers Adonaï pour nos délivrances passées sont ajoutées au culte après le service habituel.

Pourim Saméah à tous!

Hanoukah ce vendredi 22 novembre au soir !

La nouvelle lune du 9ème mois ayant été observée  à Jérusalem le mardi 29 octobre au soir, le 1er jour du 9ème mois a été déclaré pour le mercredi 30 octobre. Le 25ème jour du 9ème mois, date de Hanoukah, correspond donc au Shabbat 23 novembre. Hanoukah commencera donc la veille au soir, vendredi 22 novembre et se terminera Shabbat 30 novembre au soir.
La première lumière sera allumée vendredi 22 novembre avant le coucher du soleil et l’allumage de la lumière du Shabbat. La dernière lumière sera allumée vendredi 29 novembre avant le coucher de soleil et l’allumage de la lumière du Shabbat.
Si Pourim célèbre la survie physique d’Israël par un moyen physique, et Hag Yéshouah sa survie physique par un moyen spirituel, Hanoukah célèbre sa survie spirituelle et culturelle par un moyen physique. Ces fêtes sont complémentaires.
C’est en souvenir du miracle de la victoire militaire des Judéens sur les Séleucides que les Israélites instaurèrent la fête de Hanoukah (1 Macc.4:52-59). Et c’est pour se rappeler le miracle du feu miraculeux de Nèhèmyah (2 Macc.1:18) et de la fiole d’huile (Méguilat Ta’anit) survenu en ce jour que fut instauré l’allumage des huit lumières de la Hanoukiah. Hanoukah, « la fête de la dédicace du Temple », est ainsi surnommée « la Fête des Lumières ».
Lisez notre sidour de Hanoukah pour savoir comment célébrer cette fête comme dans les temps anciens :

Sidour de Hanoukah

Regardez également notre vidéo explicative :

Vidéo de Hanoukah

Revoir également pourquoi il faut célébrer Hanoukah et non Noël :

Ce chrétien arrête de faire noël alors qu’il aime Jésus !

 

Hanoukah Saméah!

Yom Terouah ce dimanche 1er septembre

Résultat de recherche d'images pour "rosh hashanah"

Le Rosh Hodèsh (la nouvelle lune) a été vu dans le ciel de Jérusalem. Yom Terouah, la Fête de la Clameur, généralement connue comme étant la Fête des Trompettes, a donc lieu ce dimanche 1er septembre!
Prochains événements :
– Le jeûne du septième mois aura lieu ce 3 septembre.
– Yom HaKipourim (le Jour des Expiations) aura lieu le 10 septembre.
– Soukot (la Fête des Cabanes) aura lieu du 15 septembre au 21 septembre.
– Shémini Atseret (le 8ème jour de Clôture) aura lieu le 22 septembre.

Quel est le sens de Yom Terouah et comment le pratiquer?

Pour toutes les explications, voir ce texte.
Voici un résumé de ce qu’il faut savoir :
Le but de la fête : Le but de Yom Terouah est de réveiller la bonté divine pour qu’il nous fasse miséricorde à la fête de Yom HaKipourim (le Jour des Expiations) survenant dix jours plus tard.
Les commandements à observer :
1) Selon Nombres 28:11-15, puisque cette fête a lieu le premier jour du septième mois, lors de la nouvelle lune, il faut également célébrer celle-ci par des sacrifices particuliers.
2) Selon Lévitique 23.23-25 et Nombres 29.1-6, il faut accomplir quatre actions:
– Se reposer de son travail (Shabat).
– Sonner la Terouah (3 coups moyens) avec l’intention de réveiller le souvenir, et donc la miséricorde, d’Adonaï.
– Déclarer une sainte convocation.
– Offrir des sacrifices à Adonaï.
3) Selon Nombres 10.10, les Lévites doivent sonner la Téqiah (1 coup long) avec des trompettes d’argent.
Les traditions bibliques à observer :
4) Selon Néhémie 8.2-3, 9-12, il faut se réjouir en mangeant des viandes grasses, en buvant des liqueurs sucrées, et en offrant des portions.
5) Selon le Psaume 81.1-4, 16, il faut :
– Sonner à la fois la Téqiah et la Terouah au shofar.
– Chanter des louanges avec musiques.
– Manger du pain (au blé) trempé dans du miel.
Les traditions pharisiennes antiques à observer :
6) Considérer Yom Terouah le nouvel an (Rosh HaShanah) pour le compte des années, pour les années de relâche et de jubilé, pour la plantation et la dîme des légumes.
7) Considérer qu’Elohim juge chaque homme un par un pour leurs œuvres en ce jour.
8) Observer visuellement la nouvelle lune (quand le climat le permet), et la sanctifier.
9) Utiliser comme shofar la corne droite d’une antilope (oryx gazelle ou gemsbok), et en sonner attentivement en même temps que les deux trompettes d’argent (qui peuvent-être symbolisées pour les non lévites par le shofar d’antilope koudou).
10) Lire dix versets bibliques sur chacun des thèmes suivant : la royauté divine, le souvenir et le shofar, et jouer le shofar à la fin de chaque lecture.
11) Jouer le shofar comme ceci : 1 Téqiah (1 son long) – 1 Terouah (3 sons moyens) – 1 Téqiah (1 son long). Le son moyen étant égal au 1/3 du son long.
12) Lire les passages suivants : Genèse chap.21 et chap.22,  Lévitique 23.23-25, Nombres 29:1-6, 1 Samuel 1:1–2:10, Jérémie 31:2–20 et le Psaume 81.
Les traditions nazaréennes :
13) Lire les passages des Kétouvim Nétsarim (Écrits Nazaréens) qui évoquent les thèmes de la fête (royauté d’Adonaï et de Maran Yéshoua, le souvenir, le shofar et les trompettes, le jugement).

Bonne fête et qu’Adonaï soit loué !

Le calendrier nazaréen (partie 5)

Dans ce cours, Ezra examine le calendrier karaïte :
Ce calendrier est utilisé par les Juifs Karaïtes, des Juifs qui rejettent l’idée même de tradition orale. Le Karaïsme fut fondé par Anan Ben Asher au 8ème siècle de l’ère moderne.
Ceux-ci déterminent le commencement de leur premier mois en observant la maturation des épis d’orge dans les champs israélites. Ont-ils raison?…

VidéoTexte

Texte complet du cours