Hanoukah du 12 au 20 décembre!

La fête de Hanoukah, fête de la dédicace du Temple, commencera le mardi 12 décembre au coucher du soleil, et se terminera mercredi 20 décembre au coucher du soleil.

Pendant ces 8 jours, le coucher du soleil aura lieu vers 16h50, et la sortie des étoiles vers 17h40. Mais cela doit toujours être vérifié à l’œil nu.

Le minuit biblique aura lieu aux environs de 00h30.

L’allumage des 8 lumières aura donc lieu :

1) Mardi 12 décembre au coucher du soleil
2) Mercredi 13 décembre au coucher du soleil
3) Jeudi 14 décembre au coucher du soleil
4) Vendredi 15 décembre au coucher du soleil
5) Samedi 16 décembre au coucher du soleil
6) Dimanche 17 décembre au coucher du soleil
7) Lundi 18 décembre au coucher du soleil
8) Mardi 19 décembre au coucher du soleil

Pourquoi Hanoukah?

Depuis toujours, les ennemis d’Israël ont tenté de la détruire de 2 manières :

1) Par annihilation physique
2) Par assimilation culturelle

Si Pourim célèbre la survie physique d’Israël par un moyen physique, et Hag Yéshouah sa survie physique par un moyen spirituel, Hanoukah célèbre sa survie spirituelle et culturelle par un moyen physique.

Selon les livres des Maccabées : vers -167, la dynastie gréco-macédonienne de Syrie, appelée Séleucide, héritière d’une partie de l’empire d’Alexandre le Grand qui s’étendait sur tout le Moyen-Orient, envahit la terre d’Israël. Son roi, Antiochus IV Epiphane ordonne la persécution des Juifs, interdit l’étude et la pratique de la Torah, et impose les pratiques païennes grecques. Il fit profaner le Temple de Jérusalem en y sacrifiant des porcs.

Un jour, les Séleucides ordonnèrent au dirigeant de la petite ville de Modi’in, Matityahou HaKohen, petit-fils de Hasmonaï, de sacrifier un porc aux dieux. Matityahou refusa, mais un Juif hellénisé se porta volontaire pour collaborer sans contrainte. Celui-ci étant sur le point d’abattre l’animal, Matityahou le poignarda ainsi que le dignitaire Séleucide présent sur place. Il appela à la révolte tous ceux qui restèrent fidèles à l’Alliance d’Adonaï. Ces insurgés se réfugièrent dans les montagnes. Regroupés d’abords sous le nom de Hassidim (« les pieux »), et ensuite sous le nom de Makabim (Maccabées), dû au nom de leur chef Yéhoudah haMakabi (« Juda le marteau »), ils menèrent une guérilla aboutissant à l’expulsion de la puissante armée Séleucide hors de Judée, et à la reprise de Jérusalem 3 ans plus tard, le 25 Kislev.

Cette victoire fût un miracle : le peuple opprimé réussit à vaincre la superpuissance militaire de l’époque ! En reprenant le contrôle de Jérusalem, les Maccabées voulurent redédicacer (sens du mot « Hanoukah ») au service divin le Temple profané par les Séleucides. Pour cela, ils eurent besoin d’huile d’olive rituellement pure pour allumer la Menorah symbole de la présence divine. Mais ils ne trouvèrent dans le Temple qu’une seule fiole d’huile ayant échappée à la profanation, juste assez pour permettre l’illumination de la Menorah pendant 1 jour. Par la foi, ils l’allumèrent et, par miracle, le candélabre brûla 8 jours, juste le temps nécessaire pour confectionner une nouvelle huile pure !

C’est en souvenir de ces deux miracles, la victoire et l’huile, que les Israélites instaurèrent l’allumage des 8 lumières de Hanoukah : « la fête de la dédicace du Temple », parfois appelée « la fête des lumières ». Les livres des Maccabées disent aussi que le rallumage du feu de l’autel par Néhémie eut lieu grâce à un feu miraculeux survenu également le 25 Kislev (2 Macc.1:18). Hanoukah célèbre donc notre délivrance de l’assimilation culturelle/spirituelle, l’un des plus grands dangers qui nous menacent, nous qui luttons pour nous délivrer de la pensée grecque et nous rapprocher de la pensée biblique !

Nous allumons aussi ces 8 lumières pour nous rappeler que Yéshoua le Messie est la lumière du monde et qu’il a redédicacé au service divin le Temple de notre corps souillé par le péché par le moyen de « l’huile d’olive de son Esprit ». D’autant plus que dans la tradition orale, le chiffre 8 symbolise la résurrection et le royaume Messianique ! Il n’est donc pas étonnant que l’Evangile dit que Yéshoua se trouvait dans le Temple le jour de cette fête (Jean 10:22) et se déclara être « la lumière du monde » (Jean 8:12) à cette même époque.

Pour connaître les pratiques de la fête, lisez la suite ici.

Parashah Lèkh lékha 2017

Parashah Lèkh lékha : Gen.12:1-17:27.
Par Chochana, le 28/10/2017.

Télécharger

Regardons le parcours d’Abram dans cette Parashah.
Il part de la ville d’Our, ce qui signifie « la flamme, l’éclat ou le feu ».
Il se dirige (12:8) vers un lieu situé entre Aï à l’orient et Béthel à l’ouest.
Aï est la ville que les hébreux tenteront de conquérir sans l’aval de Dieu (Josué chap.7).
Cela signifie « tas de ruines ».

Béthel signifie « maison de Dieu ». « Tas de ruines » à l’est et « maison de Dieu » à l’ouest. Abram se dirige donc des ruines vers la maison de Dieu.
« Est » se dit « qédem », ce qui signifie « commencement, autrefois ».
En quittant l’est, il quitte donc son passé, qui d’un point de vue spirituel, est « un tas de ruines » car d’origine idolâtre. Il se dirige vers Bethel, donc vers « la maison de Dieu » pour être édifié par Dieu en tant que serviteur.
« Our », comme son nom l’indique, est destinée au feu à cause de l’idolâtrie de cette ville.
Il se rend ensuite vers Hèvron (Hébron) qui signifie « association », car c’est là qu’il va s’associer avec trois hommes.
A cet endroit, se trouvent les chênes de Mamré, ce qui signifie « force et vigueur ».
C’est là qu’il va devoir faire la guerre aux rois, il va donc avoir besoin de recevoir de Dieu la force et la vigueur nécessaires.

Voyons les ordres qu’Abram reçoit sur son parcours :

1) « Quitte (ton père…) ».

Il s’agit de sacrifier quelque chose et prendre un risque.
Yéshoua dit que pour le suivre, il faut de même quitter son père, son argent, …
Si on ne prend pas un risque, il n’y a pas de bénédictions. Prendre un risque, c’est de la foi et de l’amour.

2) « Regarde, et lève-toi et parcours (le pays) ».

Dieu nous demande de regarder au loin tout ce qu’il veut nous donner.
Il regarde dans les quatre points cardinaux et le sol.
Plus tard, il lui dira de regarder également en haut (les étoiles).
Dieu lui dit « lève-toi et marche », comme Yéshoua nous le dit dans les évangiles.
Il faut se lever et se mettre en marche pour recevoir les bénédictions divines.

Dieu utilise les trois méthodes d’apprentissage avec Abram :

Dieu parle à Abram = Apprentissage auditif (par l’oreille)
Abram regarde le pays = Apprentissage visuel (par les yeux)
Abram parcourt le pays = Apprentissage kinesthésique (par le mouvement du corps)

Dieu est un pédagogue accompli.

Dans le verset 13:14, le nom des quatre directions en hébreu se terminent par la lettre « hé », qui signifie « souffle ». Il y a donc une idée de mouvement car le « hé » final indique la direction en grammaire hébraïque.
La préposition qui indique la direction en début de mot est « l » (lamed). Ce mot signifie « étude ».
Donc, pour nous mettre en marche, nous commençons par l’étude (lamed) de la Torah et ensuite par l’Esprit (hé).

Pour aller plus loin, Abram a dû sacrifier des animaux. De même, nous devons sacrifier du temps, des moyens, des prières.

3) « Sors (hors de ta maison) et compte (les étoiles) ».

Dieu nous ordonne de regarder vers le haut pour nourrir notre foi. Ne pas regarder qu’avec les yeux physiques.

4) « Marche devant ma face et soit intègre ».

« Marche » est un mouvement.
« Intègre » signifie « pur, complet, entier, homogène ».
La pureté est donc un objectif à atteindre en nous dirigeant vers lui, la pureté « ne tombe pas du ciel ».
La pureté est une homogénéité. C’est-à-dire pour nous, une absence de conflits intérieurs.

5) « Circoncis-toi ».

Le mot hébreu « karet » signifie à la fois « trancher » et « faire alliance ». Car pour faire alliance, il faut trancher des animaux, le Messie, ou notre ancienne vie.

6) Changement de nom.

Abram et Saraï vont changer de noms : Abraham et Sarah.
Dieu prend le « ï » de Saraï qui est la lettre « yod » et vaut 10. Ensuite, il le divise en deux 5 qui est la valeur de la lettre « h ». Le « ï » de Saraï a donc été divisé en deux hé et rajouté aux noms d’Abram et Saraï pour donner Abraham et Sarah. Ils ont maintenant le souffle de vie en eux et peuvent enfanter miraculeusement Isaac.
Allusion claire à la naissance du Messie par l’Esprit divin !

Voici les différents âges importants d’Abraham :

A 75 ans : « Va vers toi »
A 86 ans : « Naissance d’Ismaël »
A 99 ans : « Circoncis-toi »
A 100 ans : « Naissance d’Isaac »
A 175 ans : « Mort d’Abraham »

Entre 75 ans et 175 ans, il a donc vécu 100 ans d’Alliance avec Dieu et a accompli le nom de la Parashah « lèkh lékha », qui est aussi le premier ordre que Dieu lui donne, et qui vaut 100.
Il lui a donc bien fallu 100 ans pour « aller vers lui », c’est-à-dire pour devenir un serviteur de Dieu accompli.

En Gen.15:5, le mot « ainsi » en hébreu vaut 25. Il s’écrit avec les lettres « kaf » et « hé », qui signifient respectivement « paume » et « souffle/esprit ».
Le mot « ainsi » signifie donc « donner son esprit ». Les 25 ans qui séparent les 75 ans et les 100 ans d’Abraham sont la période où Dieu lui a donné son esprit permettant la naissance miraculeuse d’Isaac.

La fête des Tabernacles et le Royaume messianique

En cette période de Soukot, il est important d’étudier les commandements liés à cette fête, ainsi que leurs significations profondes.

Ce cours déchiffre les nombreux symboles de la fête de Soukot, aussi appelée fête des Tabernacles ou des Cabanes, et explique son lien avec l’établissement futur du Royaume de notre Messie Yéshoua sur terre!

 

Vous y trouverez les réponses à ces questions:

– Quelle est l’origine de cette fête?
– Pourquoi a-t-elle un lien avec l’établissement du Royaume messianique?
– Que représente la Soukah?
– Que représentent les 4 espèces?
– Pourquoi agiter le loulav?
– Pourquoi chanter les psaumes du Hallel?
– Quel est le lien avec les fruits et la pluie?

LireVoir Ecouter

Bonne fête de Soukot à tous!