Pessah à partir de ce vendredi 30 mars!

La fête de Pessah débutera ce vendredi 30 mars.

Celle-ci célèbre le commencement de notre délivrance de l’esclavage dans ses dimensions matérielle à travers Moïse (esclavage en Egypte) et spirituelle à travers Yéshoua notre Messie (esclavage du péché).

La période de Pessah comporte en réalité 4 fêtes associées:

  1. Hag HaPessah (la fête du surpassement)
  2. Hag HaMatsot  (la fête des pains sans levain)
  3. Yom HaBiqqourim (le jour des prémices)
  4. Sefirat HaOmer (le comptage des gerbes)

Comment célébrer ces 4 fêtes?

1) Pessah

Cette fête célèbre la sortie d’Egypte, ainsi que la sortie de l’esclavage du péché.

D’après Exode 12.3-26, Matthieu 26.17-30 et Jean 13.26, nous déduisons les commandements suivants:

  1. Pessah a lieu le 14ème jour du premier mois, c’est-à-dire ce vendredi 30 mars 2018.
  2. C’est le dernier jour pour faire disparaître de nos maisons toutes traces de levain et de pâtes levées à base de blé, d’orge et d’épeautre. Cela implique le pain levé, les biscuits, la bière, les cubes pour bouillon, etc. Les pâtes sèches sont douteuses car cela dépend de leur mise en contact éventuelle avec de l’eau non bouillante lors du processus industriel. Le riz ne pose pas de problème. Mangez-les avant cette date ou offrez-les à des nécessiteux.
  3. Un agneau devait être sacrifié au Temple, rôti au feu et consommé  entièrement au soir avant le matin.
  4. On se lave les mains avant le repas (allusion au lavage des pieds dans l’Evangile).
  5. Au coucher du soleil, on mange en famille le repas de Pessah composé de Matsot (pains sans levain), d’herbes amères (généralement de la laitue romaine, ou du chicon, avec du raifort) et d’une viande (rappelant l’agneau sacrifié).
  6. On accompagne le repas de 4 coupes de vin rouge ou de jus de raisin.
  7. On mange des herbes amères trempées dans un mélange de pommes, dates, amandes, cannelle et vin (allusion au morceau trempé offert à Juda dans l’Evangile).
  8. On évoque le récit de la sortie d’Egypte ainsi que le sacrifice du Messie notamment pour instruire les enfants.
  9. On chante le Hallel composé des psaumes 113 à 118, et on termine par le psaume 136 (allusion au chant des cantiques dans l’Evangile).
  10. Après le repas, on procède à la consommation du pain et du vin symbolisant le sacrifice du Messie accompagnée des paroles de l’Evangile (allusion à l’afiqoman de la tradition).
  11. Seuls les circoncis peuvent manger l’agneau sacrifié.

Il existe également trois traditions:

  1. Lecture du Cantique des Cantiques (allusion au repas de noce de l’agneau).
  2. Dire la bénédiction du repas sur trois Matsot superposées.
  3. Manger pendant le repas une branche de céleri trempée dans du vinaigre (allusion à la branche d’hysope).

2) Hag HaMatsot

Hag HaMatsot est une période de purification des influences égyptiennes  et des influences restantes de notre ancienne vie (1 Cor.5.8).

D’après Exode 12.15-20, nous déduisons les commandements suivants:

  1. Hag HaMatsot dure 7 jours et commencera le samedi 31 mars pour se terminer le vendredi 6 avril au soir.
  2. Le 1er et le 7ème jour sont des saintes convocations chômées. Il est obligatoire de se réunir en assemblée et il est interdit de travailler.
  3. Pendant ces 7 jours, il est interdit de posséder et de consommer du levain et des pâtes levées à base de blé, d’orge ou d’épeautre.
  4. Il est obligatoire de manger des Matsot (pains sans levain) chaque jour à au moins un repas.

3) Yom HaBiqqourim

Cette fête célèbre la nouvelle moisson ainsi que la résurrection de Rabbi Yéshoua, « prémices de ceux qui sont morts » (1 Cor.15.20).

D’après Lévitique 23.10-15, nous déduisons les commandements suivants:

  1. Yom HaBiqqourim a lieu le 1er dimanche après Hag HaMatsot, c’est-à-dire dimanche 1er avril.
  2. Offrande au Temple des prémices de la nouvelle moisson en terre d’Israël.
  3. Interdiction de manger la nouvelle moisson avant cette offrande.

4) Sefirat HaOmer

Cette fête célèbre l’itinéraire des Hébreux à travers le désert entre l’Egypte et le Mont Sinaï, ainsi que notre préparation à recevoir la Torah et l’Esprit divin.

D’après Lévitique 23.15-16, nous déduisons les commandements suivants:

  1. La Sefirat HaOmer commence la veille au soir de Yom HaBiqqourim, c’est-à-dire après le coucher du soleil samedi 31 mars.
  2. Cette fête dure 50 jours, soit 7 semaines et 7 Shabbatot plus 1 jour final.
  3. Durant cette période, il faut compter chaque jour, chaque semaine et chaque Shabbat la veille au soir (début du jour biblique).

Il existe une tradition:

  1. Chanter/lire le psaume 67 composé en hébreu de 50 mots et dont le thème est la moisson.

Le 50ème jour de cette fête aura lieu Shavouot (Pentecôte).

Ces 4 fêtes doivent être accompagnées de louanges et de grandes réjouissances.

Pessah Saméah à tous!

Hag Pessah Saméah!

Shalom à tous.

Nous vous souhaitons à tous un excellent Pessah 2018.

Si vous souhaitez participer à cette célébration, nous vous invitons à regarder la vidéo suivante pour apprendre à préparer des pains sans levain :

Voir la vidéo

C’est très facile et rapide.

Que la paix de Yéshoua soit sur tous les frères et sœurs pour cette fête si particulière.
Gloire soit rendue à Adonaï pour avoir livré son Fils pour nos fautes.

Hag Pessah Saméah! Bonne fête de Pessah!

 

Hanoukah du 12 au 20 décembre!

La fête de Hanoukah, fête de la dédicace du Temple, commencera le mardi 12 décembre au coucher du soleil, et se terminera mercredi 20 décembre au coucher du soleil.

Pendant ces 8 jours, le coucher du soleil aura lieu vers 16h50, et la sortie des étoiles vers 17h40. Mais cela doit toujours être vérifié à l’œil nu.

Le minuit biblique aura lieu aux environs de 00h30.

L’allumage des 8 lumières aura donc lieu :

1) Mardi 12 décembre au coucher du soleil
2) Mercredi 13 décembre au coucher du soleil
3) Jeudi 14 décembre au coucher du soleil
4) Vendredi 15 décembre au coucher du soleil
5) Samedi 16 décembre au coucher du soleil
6) Dimanche 17 décembre au coucher du soleil
7) Lundi 18 décembre au coucher du soleil
8) Mardi 19 décembre au coucher du soleil

Pourquoi Hanoukah?

Depuis toujours, les ennemis d’Israël ont tenté de la détruire de 2 manières :

1) Par annihilation physique
2) Par assimilation culturelle

Si Pourim célèbre la survie physique d’Israël par un moyen physique, et Hag Yéshouah sa survie physique par un moyen spirituel, Hanoukah célèbre sa survie spirituelle et culturelle par un moyen physique.

Selon les livres des Maccabées : vers -167, la dynastie gréco-macédonienne de Syrie, appelée Séleucide, héritière d’une partie de l’empire d’Alexandre le Grand qui s’étendait sur tout le Moyen-Orient, envahit la terre d’Israël. Son roi, Antiochus IV Epiphane ordonne la persécution des Juifs, interdit l’étude et la pratique de la Torah, et impose les pratiques païennes grecques. Il fit profaner le Temple de Jérusalem en y sacrifiant des porcs.

Un jour, les Séleucides ordonnèrent au dirigeant de la petite ville de Modi’in, Matityahou HaKohen, petit-fils de Hasmonaï, de sacrifier un porc aux dieux. Matityahou refusa, mais un Juif hellénisé se porta volontaire pour collaborer sans contrainte. Celui-ci étant sur le point d’abattre l’animal, Matityahou le poignarda ainsi que le dignitaire Séleucide présent sur place. Il appela à la révolte tous ceux qui restèrent fidèles à l’Alliance d’Adonaï. Ces insurgés se réfugièrent dans les montagnes. Regroupés d’abords sous le nom de Hassidim (« les pieux »), et ensuite sous le nom de Makabim (Maccabées), dû au nom de leur chef Yéhoudah haMakabi (« Juda le marteau »), ils menèrent une guérilla aboutissant à l’expulsion de la puissante armée Séleucide hors de Judée, et à la reprise de Jérusalem 3 ans plus tard, le 25 Kislev.

Cette victoire fût un miracle : le peuple opprimé réussit à vaincre la superpuissance militaire de l’époque ! En reprenant le contrôle de Jérusalem, les Maccabées voulurent redédicacer (sens du mot « Hanoukah ») au service divin le Temple profané par les Séleucides. Pour cela, ils eurent besoin d’huile d’olive rituellement pure pour allumer la Menorah symbole de la présence divine. Mais ils ne trouvèrent dans le Temple qu’une seule fiole d’huile ayant échappée à la profanation, juste assez pour permettre l’illumination de la Menorah pendant 1 jour. Par la foi, ils l’allumèrent et, par miracle, le candélabre brûla 8 jours, juste le temps nécessaire pour confectionner une nouvelle huile pure !

C’est en souvenir de ces deux miracles, la victoire et l’huile, que les Israélites instaurèrent l’allumage des 8 lumières de Hanoukah : « la fête de la dédicace du Temple », parfois appelée « la fête des lumières ». Les livres des Maccabées disent aussi que le rallumage du feu de l’autel par Néhémie eut lieu grâce à un feu miraculeux survenu également le 25 Kislev (2 Macc.1:18). Hanoukah célèbre donc notre délivrance de l’assimilation culturelle/spirituelle, l’un des plus grands dangers qui nous menacent, nous qui luttons pour nous délivrer de la pensée grecque et nous rapprocher de la pensée biblique !

Nous allumons aussi ces 8 lumières pour nous rappeler que Yéshoua le Messie est la lumière du monde et qu’il a redédicacé au service divin le Temple de notre corps souillé par le péché par le moyen de « l’huile d’olive de son Esprit ». D’autant plus que dans la tradition orale, le chiffre 8 symbolise la résurrection et le royaume Messianique ! Il n’est donc pas étonnant que l’Evangile dit que Yéshoua se trouvait dans le Temple le jour de cette fête (Jean 10:22) et se déclara être « la lumière du monde » (Jean 8:12) à cette même époque.

Pour connaître les pratiques de la fête, lisez la suite ici.